Repère des Loups de la Horde


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Reveil de La Louve

Aller en bas 
AuteurMessage
La louve
Admin
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 33
Localisation : vendin le vieil

MessageSujet: Le Reveil de La Louve   Lun 11 Juin - 9:26

Allongé sur un fauteuil de cuir marron, Apollinaire avait une respiration qui devenait de plus en plus régulière et ne devrait pas tarder a se réveiller.
Les membres de la meute étaient présentes, certain par inquiétude et d'autres par simple curiosité.
Les cheveux roux d'Apollinaire désendit jusqu'au bas de ses omoplates, elle était finie mais etait assez forte pour botter les fesses de n'importe quel ennemi qu'elle croiserait grâce a sa détermination.
Elle ouvrit un œil et vis plusieurs personnes, prise de panique causée par la première impression du réveil elle bondit hors du fauteuil en bousculant tout ce qui a sur sa route et fonça vers l'autre extrémité de la salle.
Un homme approcha avec une sérénité apaisante, la jeune recrue se laissa approcher avec méfiance...
L'homme commença à lui parler à distance respectueuse.
Elle était debout et regardait cet inconnu approché.

"Nous t'avons trouvé au milieu des bois, enchaînée, affaiblie et affamé. Ici c'est notre repère, nous sommes des loups garou.
Moi c'est VVolf chef de cette famille..."


Sur ces mots la louve tomba à genoux et fut prise d'une telle douleur qu'elle serra sa tête entre ses mains.
Tous les souvenirs de cette nuit là revenue d'un coup, aucun flash back mais tous les souvenirs.
son calvaire durait un moment, c'est ainsi qu'elle "remonta le temps" et reviva son calvaire jusqu’à son évanouissement.
VVolf qui c'été approché d'elle posa sa main sur l’épaule de la louve en guise de soutien.
elle commença à grogner, VVolf sentit sa musculature changé sous la pression de sa main, les poil grandissait en dessous des vêtements d’Apollinaire qui finirent par se déchiré, ses canines poussèrent le processus de transformation avait été accéléré par la rage.
Sous les hurlements toutes les espèces vivantes alentour stoppa leur activité, la louve se dévoila sous sa forme la plus sombre qu'elle pouvais être, VVolf décolla du sol et fini sa course dans le meuble situé juste derrière lui.
quand il se releva la louve été déjà a l'horizon...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VVolf
Admin
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/05/2012

MessageSujet: Re: Le Reveil de La Louve   Lun 18 Juin - 0:26

La journée fut calme et les Loups de la Horde purent vaquer à leurs diverses occupations diurnes.

La Louve qu'ils avaient récupéré la veille avait repris "du poil de la bête". Après avoir passée plus de 24heures à sommeiller, elle commençait à retrouver une respiration sereine et ne tarderait pas à sortir de son état léthargique... En quémandant sa part de viande.

Les rayons solaires déclinaient peu à peu, laissant place au crépuscule. La soirée s’annonçait glaciale et brumeuse. La vent tempêtait et faisait claquer le verre des lucarnes de la Taverne, lui donnant une atmosphère lourde et pénible.
Les Loups & Louves rassemblés dans la pièce restaient muets en attendant le réveil de leur semblable, qui avait reprit l'apparence d'une jeune femme.
Les membres féminins du clan avaient pris soin de la vêtir de manière décente, afin qu'elle puisse faire face au moment de son réveil aux membres de la Meute sans honte.

La rouquine frémit, sursauta légèrement puis rouvrit doucement un oeil. Probablement encore embrumée, elle bondit en reversant fauteuil, tables et chaises qui se trouvaient sur son chemin lorsqu'elle aperçut les silhouettes qui l'entouraient, et se tapit dans un coin.

VVolf resta quelques instants adossé au mur, observant la scène distraitement. Se relevant, il se dirigea calmement vers la jeune femme apeuré et - se voulant rassurant - s'adressa à elle sur un ton aimable et de manière concise afin de bien ce faire comprendre auprès de la jeune femme encore sous le choc.


"Nous t'avons trouvé au milieu des bois. Enchaînée, affaiblie et affamée. Ici *balayant la pièce de la main droite* C'est notre repère, nous sommes tous des Loups, n'ai aucune inquiétude.
Je me nomme VVolf
*se redressant* Chef de cette... Famille..."

Comme prise de spasme, elle s'agenouilla et vociféra en martelant sa tête de ses mains, laissant coi l'homme qui lui faisait face.
Haussant un sourcil, VVolf se rapprocha lentement. Le son de ses pas résonnaient dans la pièce, amoindris par les cries de douleurs que poussait la Rouquine. Un pas, un cri, un second, une lamentation... Il s'agenouilla et - délicatement - posa la paume de sa main sur l'épaule de l'affligée.

Les dents de la jeune femme grincèrent, laissant entendre un grognement strident. Il sentit sous ses doigts ses muscles se bander, se raidir et s'étirer pour passer ensuite à une sensation plus douce et duveteuse avec l'apparition du pelage de la Louve. Il retira doucement sa main, la laissant finir sa transformation précoce. Elle poussa un hurlement hargneux - comme pour conclure sa transformation - et - dans un excès de rage - abattit son bras droit sur l'abdomen de l'homme à ses côtés.
Ne cherchant ni à l'esquiver, ni à le parer, VVolf sentit le bois sous ses chaussures craquer de nouveaux tendit que son corps était soulevé sous le choc.

# En voilà une bien ingrate... # L'on aurait peut-être pu entendre son soupire si le choc entre sa carcasse et l'armoire installée quelques mètres derrière lui n'avait pas été si bruyant. Quelques secondes passèrent, il baya bruyamment et donna un coup violant à la porte du meuble qui s'était écroulé sur lui. Il se releva, épousseta légèrement le haut de son marcel noir et se tourna vers la fenêtre que la Louve avait brisé afin de prendre la fuite.

Sous le regard de ses Loups impassibles, il ferma les yeux et se massa la nuque d'une main, pencha sa tête de gauche à droite faisant craquer un à un ses os, il ouvra les yeux. Ses pupilles se dilatèrent, ses iris opales se teintaient peu à peu d'une couleur mordorée, quant à son "blanc de l'oeil" virait à une couleur d'encre.


"La chasse commence !"
A peine eut-il prononcé la dernière syllabe qu'il s'élança aux travers des débris de verre.
La Louve était rapide et avait déjà prit une bonne distance. Mais elle avait passé du temps dans leur antre, beaucoup trop de temps.
Son odeur était inscrite dans leur répertoire olfactif de tous les Loups & Louves, et ce n'était qu'un simple jeu que de la suivre malgré l'obscurité qui régnait dans les bois environnants.

Certains Loups ne bougèrent pas, tandis que d'autres suivirent le mouvement de l'Alpha et s'élancèrent à la poursuite de la fugitive.

Se mouvant avec agilité dans les sous-bois, VVolf ne tarda pas à regagner du terrain, à la fois grâce au chemin invisible créé par les essences de la Bête que par ses cries et hurlements. Il la rattrapait, et dans un élan de jubilation engendré à la fois par la chasse que par le jeu, il banda ses muscles inférieurs et se précipita sur sa proie.

Elle avait quitté les sous-bois et se tenait au centre d'une clairière éclairée par de pâles rayons de Lune décroissante, camouflée par d'épais nuages. La bête semblait perdue. Elle était perdue.

Un sourire forcené étirait les lèvres de l'homme qui accélérait encore tendit que la silhouette de la Louve se faisait de plus en plus nette. Bandant de nouveau ses muscles, il se fléchit, s'étire, s'envole dans un bond, se réceptionne, et - avant même de se relever - saisit la cheville de la Bête, se relève et tournois sur lui-même, sa proie ahurie en main.
Un tour, puis deux, puis trois... Et une fois qu'il fut satisfait de l'élan qui sa danse improvisée lui octroyait, il lâcha prise.


"Un bonjour aurait été suffisant !!"
Le corps de la Bête alla s'écraser sur un tronc, faisant s'envoler une flopée d'étourneaux criant, se mêlant aux craquements sourds de l'écorces, aux hurlements aiguës de la Louve et au rire railleur de l'Homme aux yeux de monstre.

Spoiler:
 

_________________
"Je trône dans l'azure comme un Sphinx incompris ; J'unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes ;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes, et jamais je ne pleure et jamais je ne rit."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Reveil de La Louve
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pays Granvillais cherche un réveil culturel.
» Bon Jeudi
» Courbe de température
» A la poursuite du sommeil/ Edit : on se gène mutuellement !
» Allaitement et nouvelle grossesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Repère des Loups de la Horde :: Vos Aventures :: Votre histoire-
Sauter vers: